Augmenter le profit de votre restaurant en quelques points

Avoir une large marge bénéficiaire pour le restaurant est l’objectif de tout propriétaire de restaurant. Pour augmenter la marge bénéficiaire de votre restaurant, vous devez soit augmenter les ventes aux mêmes coûts encourus, soit réduire les coûts de votre restaurant. Le secteur de la restauration fonctionne avec de faibles marges, et même les plus grandes chaînes de restaurants ont du mal à être rentables. Bien qu’il puisse sembler difficile au début d’avoir une marge bénéficiaire élevée dans un restaurant, vous pouvez toujours y parvenir assez facilement avec un peu de travail acharné et une stratégie appropriée. Dans cet article, nous allons d’abord discuter des différentes manières d’augmenter le profit de votre restaurant.

Maîtrisez l’inventaire

Pour suivre les gains et les pertes de votre restaurant, vous avez besoin d’une visibilité totale sur ce qui entre et sort de votre restaurant, à tout moment. Un système de point de vente comme melba, avec suivi intelligent des stocks et un calcul des profits, peut vous fournir cette visibilité indispensable. Des avertissements de faible inventaire aux rapports détaillés sur les articles de vente, vous pouvez respirer en sachant que vous êtes en mesure de déterminer quand cette dernière bouteille de pinot est sortie ou s’il est temps de commander plus de morceaux de steak. Votre menu ne doit pas simplement être un méli-mélo d’applications, de plats principaux et de desserts. Le délice de vos offres ne veut rien dire s’ils n’exploitent pas tout leur potentiel. Qu’il s’agisse de renommer un élément de menu classique ou de situer vos éléments à marge la plus élevée là où le regard de vos clients rencontrera d’abord votre menu, faites tout votre possible pour optimiser votre menu afin d’augmenter les ventes.

Connaissez les coûts de vos produits

Acheter des produits moins chers n’est pas toujours une option. Mais les restaurants peuvent encore réduire considérablement les coûts des produits en s’adaptant aux fluctuations des prix du marché. Savoir ce que la nourriture va coûter dans un proche avenir permet aux restaurants de planifier en conséquence. Il faut faire une analyse sur les tendances des coûts alimentaires et la veille concurrentielle.

Pour éviter les erreurs, vous pouvez toujours vous focaliser sur les meilleurs outils comme melba. Cela permet de gagner du temps et aide les restaurateurs à prendre des décisions commerciales éclairées. Lorsque les coûts des aliments augmentent, recherchez des alternatives, à la fois dans les ingrédients qui composent chaque plat et les fournisseurs que vous utilisez.

Faites équipe avec d’autres professionnels dans votre entourage

Dans l’environnement actuel axé sur les applications, la commodité est reine. Envisagez de faire équipe avec des services de livraison populaires dans votre région. Cela peut vous aider à rationaliser votre processus de commande, à attirer de nouveaux clients et à satisfaire vos clients existants dans le confort de leur smartphone. Avez-vous la meilleure pizza en ville? Les clients sont-ils constamment ravis de vos cocktails ? Montrez vos compétences et organisez un atelier virtuel ou en interne. Étendre l’expérience de votre restaurant à une participation pratique vous aidera à gagner de l’argent supplémentaire avec les frais d’atelier.

Cette alternative fera également des merveilles pour la fidélisation de la clientèle. Il est aussi nécessaire de gérer de nouvelles affaires avec les bons outils. Il y a de l’argent supplémentaire à gagner dans l’industrie de la restauration. En mettant en œuvre quelques-uns de ces conseils, vous serez sur la bonne voie pour gérer un restaurant plus rentable.

Comment apprend-on à devenir luthier?

Vivre sa passion pour la musique, cela n’implique pas toujours de devenir professeur ou musicien professionnel : d’autres métiers étroitement liés à cet univers existent, à l’image de celui de luthier. Ces artisans spécialisés sont amenés, au quotidien, à fabriquer et à réparer des instruments de musique. Quel est le profil idéal pour endosser cette casquette ? Quelles études réaliser afin de devenir luthier ? Découvrez toutes les informations à connaître sur cette profession !

Quelles sont les missions d’un luthier ?

Contrairement au professeur de musique qui donne des cours de guitare ou de piano, le luthier n’est pas là pour partager ses connaissances – même s’il peut être amené à donner des formations dans son domaine, s’il en éprouve l’envie et qu’il saisit des opportunités dans ce sens.

Le plus souvent, quand on parle du métier de luthier, on fait référence aux artisans qui fabriquent et réparent tous les instruments de la famille des violons : les violons, naturellement, mais aussi les altos, les violoncelles et les contrebasses.

Toutefois, il existe aussi d’autres manières de pratiquer le métier : certains luthiers se spécialisent par exemple dans les guitares, et les restaurent ou les fabriquent pour leurs clients. Chacun choisit généralement la façon dont il va exercer sa profession en fonction de ses centres d’intérêt, mais également de son réseau et des opportunités qui se présentent à lui.

La formation pour devenir luthier

Il existe différents cursus possibles pour pratiquer le métier de luthier, à tous les niveaux. Après le brevet, on peut tout à fait s’orienter vers un CAP lutherie. Il existe également d’autres diplômes similaires : le CAP ouvrier archetier que l’on peut passer en alternance, ou encore le CAP assistant technique instrument de musique.

Pour les personnes déjà titulaires d’un baccalauréat, l’idéal est de choisir un BMA technicien en facture instrumentale. Il existe aussi un diplôme qui correspond au niveau bac +2, le DMA (Diplôme des Métiers d’Art) lutherie, 2 ou 3 ans après le bac. Attention, seules quelques écoles proposent ces cursus : il faut généralement être prêt à changer de ville pour les suivre, car il s’agit de formations assez rares. Quelques écoles privées de lutherie sont présentes en France, et le lycée Fernand Léger de Bédarieux à Montpellier déploie plusieurs formations qui ouvrent des portes dans ces métiers d’Arts.

Devenir luthier autodidacte, est-ce possible ?

Le métier de luthier n’est pas réglementé. Très concrètement, cela signifie que vous pouvez le devenir sans forcément suivre de cursus spécialisé, sans passer de concours et même sans diplôme associé, en créant votre propre entreprise et en vous lançant. Cependant, afin de satisfaire vos clients, vous devez parfaitement connaître les instruments de musique que vous réparez et vous avez besoin d’un véritable savoir-faire.

Certains luthiers n’ont pas suivi le parcours classique, et n’ont pas été dans une école spécialisée, parce qu’ils ont appris leur métier au fil de leurs expériences professionnelles. Vous pouvez aussi essayer de vous former vous-même, et pourquoi pas demander à faire des stages avec un luthier.

Si vous envisagez de lancer votre propre activité, n’oubliez pas que vous allez devoir trouver votre clientèle pour qu’elle devienne rentable. Il ne faut pas seulement prouver votre savoir-faire, mais aussi être en mesure de faire de la prospection, ce qui implique d’avoir une certaine fibre commerciale.

Les qualités incontournables d’un bon luthier

Être luthier, cela implique bien souvent de passer des heures à réparer ou fabriquer un instrument. Il faut faire preuve de patience, mais aussi être extrêmement minutieux, car certaines tâches nécessitent énormément de soin.

Pour avoir suffisamment d’énergie afin d’affronter tous les défis, vous devez être passionné par votre métier, mais aussi persévérant et perfectionniste. Bien évidemment, puisqu’il s’agit d’un métier manuel, un bon luthier doit être capable d’utiliser toutes sortes d’outils et avoir un véritable esprit pratique.