Tailler ses arbres fruitiers : comment se déroule cette opération?

Pour profiter d’une belle récolte, les arbres fruitiers doivent être taillés. En plus de les rendre plus vigoureux, cette opération améliore la production de fruit tant en quantité qu’en qualité. La taille des arbres fruitiers doit cependant se faire selon des règles bien précises. Si elle est mal exécutée, elle peut dangereusement nuire à la santé de la plante qui en fait l’objet. Si vous avez quelques fruitiers dans votre jardin ou si vous disposez d’un verger, cet article est pour vous. Découvrez comment on procède à leur taille.

À quel moment de l’année peut-on tailler les arbres fruitiers ?

Le moment propice à la taille des arbres fruitiers dépend principalement de leur espèce. En effet, il varie selon qu’il s’agit d’arbre à pépin ou d’arbre à noyau. Néanmoins, il reste plus judicieux de demander conseil à un élagueur professionnel pour ce qui est de la période idéale pour procéder à leur taille.

Les arbres à pépin se taillent idéalement avant la montée de sève. Ils sont donc favorables à une taille hivernale. Durant cette saison, la cicatrisation des plaies issues de la coupe s’opère aisément. En outre, il faut remarquer que les rameaux de ces arbres donnent des fruits à plusieurs reprises avant de devenir stériles.

À la différence de ces premiers, la taille des arbres à noyaux s’opère après la récolte. En effet, leurs ramures deviennent définitivement stériles après avoir porté de fruits. De ce fait, il faut nécessairement les couper. En revanche, ces arbres fruitiers s’accommodent mal à la taille réalisée en hiver. Les risques d’infection des plaies qui en sont issues sont élevés. 

Dans tous les cas, les blessures qui résultent de l’élagage des arbres fruitiers doivent être protégées. Pour ce faire, il est conseillé d’appliquer du mastic cicatrisant sur les zones concernées.

Taille des arbres fruitiers : quelles sont les différentes techniques à mettre en œuvre ?

La technique de taille à mettre en œuvre dépend essentiellement de l’âge de l’arbre à élagueur. Il existe trois méthodes bien distinctes.

La taille de formation

Seuls les jeunes arbres en sont concernés. Comme son nom l’indique, la taille de formation permet de les sculpter afin de leur procurer une forme bien déterminée. Au cours de celle-ci, l’élagueur s’assure que les branches qui formeront la future charpente de l’arbre sont équitablement réparties autour du tronc. Cette taille peut être exécutée à la fin de l’automne ou au début de l’hiver.

La taille d’entretien

Elle est exclusivement réservée aux sujets qui ont atteint leur forme adulte. La taille d’entretien fait office d’entretien régulier pour les plantes. Elle permet de débarrasser ces dernières de leurs branches mortes, malades ou cassées. Il en va de même des gourmands. En principe, elle est entreprise à l’issue des fortes gelées en hiver. Pour sa réalisation, nous vous encourageons à solliciter les services d’un élagueur professionnel comme https://www.elagueur-78.fr/.

La taille de fructification

Comme son nom l’indique, elle a pour finalité d’optimiser la qualité et la quantité de la récolte. Quant à sa mise en œuvre, l’arbre fruitier sera d’abord débarrassé de ses branches superflues. On viendra également éliminer les fruits momifiés. Les travaux se poursuivent avec l’éclaircissage de l’arbre. En d’autres termes, on supprime les branches qui pointent vers le centre de sorte à laisser la lumière du soleil pénétrer au centre du houppier. Ainsi, seules les branches qui poussent vers l’extérieur seront conservées. Il faut toutefois prendre le soin de couper leur extrémité. En conséquence, la sève se répartira de façon équitable entre les branches latérales. Cela évite également l’apparition des fruits sur les extrémités de celles-ci.

Recyclage des plastiques

Le plastique est un matériau extrêmement populaire en raison de son faible coût, de sa polyvalence et de sa durabilité. Il est utilisé dans un large éventail d’applications, notamment les emballages, les bouteilles de boissons, les équipements médicaux, les équipements électroniques et les jouets.

Beaucoup de ces qualités créent également des problèmes à la fin de la vie des produits en plastique, car le matériau reste pendant de nombreuses années dans l’environnement naturel s’il n’est pas collecté pour être recyclé. De plus, certains plastiques ne sont actuellement pas facilement recyclés, ce qui nécessite une élimination sûre.


Les articles en plastique les plus couramment recyclés dans le nord de Londres sont les bouteilles et les emballages en plastique tels que les pots, les bacs et les plateaux vides. Il existe de nombreux types de plastique, dont les types les plus courants dans les emballages, notamment le polyéthylène (PET), le polyéthylène haute densité (HDPE) et le polypropylène (PP). Le recyclage des plastiques peut prêter à confusion, mais les informations ci-dessous devraient vous permettre de vous assurer que vous avez raison.


Que faire de votre recyclage des plastiques ?



Votre recyclage des plastiques doit être séparé de vos déchets généraux et placé dans votre bac de recyclage mixte. Ceci est collecté par votre conseil local. Pour plus d’informations sur le recyclage et la collecte des déchets.
Les plastiques peuvent également être acheminés vers les centres de réutilisation et de recyclage (RRC) du nord de Londres. 
Quels plastiques pouvez-vous recycler dans le nord de Londres ?

Tous les plastiques ne peuvent pas être recyclés dans le nord de Londres, en raison des difficultés de tri, de la contamination et des problèmes d’emballage fabriqués à partir d’un mélange de matériaux difficiles à séparer. Pour que les articles soient recyclés, il faut également des marchés rentables pour les matériaux recyclés.



Vous pouvez recycler :



Bouteilles en plastique (y compris les couvercles)
Pots, bacs , bouchon bouteille et plateaux en plastique
Sacs en plastique – les sacs en plastique à usage unique sont bon marché à produire, mais la qualité du plastique est relativement médiocre par rapport aux bouteilles, pots, bacs et plateaux. Ils sont également souvent jonchés, entraînant de graves impacts sur l’environnement. Bien qu’ils puissent être recyclés, nous vous recommandons fortement de choisir des sacs réutilisables plutôt que des sacs en plastique à usage unique.

Vous ne pouvez pas recycler :



Plastiques durs : il n’existe actuellement aucun marché rentable pour le recyclage des plastiques durs tels que les jouets ou les contenants en plastique dur. Ceux-ci doivent être éliminés dans le conteneur de déchets généraux.
Film plastique : le film plastique n’est pas accepté pour le recyclage dans le nord de Londres, car il est souvent contaminé par des déchets alimentaires et est très difficile à trier des autres plastiques.


Sacs pour contenants alimentaires : les articles tels que les sachets croustillants et sucrés, les couvercles en film, les sacs d’emballage en plastique et les sachets laminés ne sont pas acceptés pour le recyclage, car ils sont souvent constitués de plusieurs matériaux, qui sont difficiles à séparer. Certaines entreprises organisent des programmes de recyclage pour ces articles.
Paquets de médicaments : ils sont normalement constitués de deux matériaux et sont difficiles à séparer.
Équipement médical : les articles tels que les seringues et les sacs de récupération sont potentiellement dangereux et ne peuvent pas être recyclés.


Tubes de dentifrice : les tubes en plastique compressibles contenant des produits tels que du dentifrice ou de la crème pour les mains ne peuvent être recyclés que s’ils sont totalement propres à l’intérieur. À moins que vous ne les coupiez pour enlever tout le contenu, ils devraient aller dans les déchets généraux. Alternativement, dispose d’un certain nombre de points de dépôt où les tubes de dentifrice, les brosses à dents et les emballages peuvent être recyclés. Cependant, les tubes de dentifrice à pompe peuvent être recyclés.


Polystyrène expansé : le polystyrène est très bon marché à produire et en raison de son très faible poids et de son volume élevé, il faut des machines spécialisées pour le séparer en éléments utiles. Cela signifie que le processus de recyclage est trop énergivore pour être rentable.
Bouteilles en plastique contenant des produits chimiques : elles ne peuvent pas être recyclés, car les produits chimiques forts sont dangereux pour le personnel et peuvent endommager l’équipement de recyclage.


Plastique composables : le plastique composables, fabriqué à partir de matières organiques telles que l’amidon végétal ou la protéine de soja, ne peut pas être distingué des emballages non-composables, qui contaminent les déchets alimentaires et de jardin, et doivent donc être jetés dans la poubelle générale.
Conseils de recyclage du plastique



Élagage : 6 bonnes raisons de tailler les arbres

L’élagage des arbres présente de nombreux avantages. Ce procédé les rendra plus sains, plus splendides, plus résistants. Mais plus important encore, l’élagage favorise leur pousse. De plus, il assure un maximum de sécurité au voisinage. Zoom sur les différentes raisons pour lesquelles il faut tailler les arbres.

Élaguer les arbres pour maintenir leur santé

L’élagage d’un arbre consiste à couper toutes ses branches malades, blessées, mourantes, voire mortes. En effet, il s’agit d’enlever toutes les parties qui pourront causer des dommages potentiels à une branche principale. Dans cette optique, l’élagage d’un arbre participe largement au maintien de sa santé. Mais faut-il encore savoir bien le réaliser au risque de tuer l’arbre. Pour éviter toutes sortes de dommages, il est plus judicieux de faire appel à un professionnel comme cet élagueur dans l’Yonne

Pour assurer une nouvelle croissance vigoureuse

Tout comme pour les cheveux, dont la coupe booste leur croissance, c’est pareil pour les arbustes. L’élagage redonne de la vitalité à l’ensemble de l’arbuste, et surtout les branches qui ont été taillées. Autrement dit, il stimule la vitesse de croissance de la pousse. D’ailleurs, il peut surgir de nombreuses nouvelles pousses. N’est-ce pas génial ? Considérez alors l’élagage si vous avez un arbuste à faible développement et que vous souhaitez qu’il croisse vigoureusement et rapidement. 

Pour favoriser la floraison et avoir de beaux fruits

Comme mentionnée ci-dessus, la taille a pour effet de revigorer l’ensemble de l’arbre ou de l’arbuste. Cet acte d’entretien permet aussi de favoriser la circulation de l’air frais. Ce sont les raisons pour lesquelles l’élagage est incontournable pour favoriser la floraison et d’avoir des fruits qui ne mûrissent pas très vite. Grâce à la taille, l’arbuste aura de jolies fleurs et les arbres fruitiers auront de beaux fruits exempts de toutes maladies. 

Pour maintenir la forme de l’arbre, voire améliorer son apparence

Grâce à l’élagage, les plantes qui se sont mal formées pour des raisons quelconques dans le jardin peuvent être remodelées. Et celles qui possèdent des branches maladroites ou errantes pourront avoir de belles apparences. Vous profiterez alors des plantes propres et bien rangées, ce qui crée un cadre idyllique à votre jardin. Celui-ci devient un véritable spectacle pour les yeux et un havre de paix pour se ressourcer.

Pour restreindre la taille d’un arbre

Si vous vivez dans un espace peu spacieux, voire limité, l’élagage vous sauvera. Cette technique consiste à se débarrasser des branches des arbres et arbustes qui dépassent le jardin ou la cour. Elle a aussi comme rôle de limiter le développement d’un arbre. Cette pratique est à privilégier si vous avez des arbres en motte ou en conteneur. Il suffit de tailler leurs racines pour limiter leur taille.

Pour la sécurité des biens et des personnes

Les arbres qui se trouvent près des maisons, des installations électriques, des entreprises, des attractions touristiques, etc. constituent un danger potentiel pour la sécurité humaine s’ils tombent ou si leurs branches se cassent. Ils peuvent également présenter un risque d’interférence entre le système électronique et les lignes téléphoniques. Pour éviter que le mal ne s’installe, la meilleure solution est l’élagage. Dans ce cas, il convient de confier les travaux à un élagueur expert.

Comment procède-t-on à l’abattage d’un arbre?

Nombreuses sont les raisons qui peuvent nous pousser à abattre un arbre sur notre propriété. La plupart du temps, les travaux sont réalisés dans un souci de préserver notre sécurité. En effet, la présence de l’arbre peut présenter un danger lorsqu’il devient trop imposant ou lorsqu’il menace de tomber. Parfois, l’abattage est entrepris afin de pouvoir exploiter le terrain sur lequel le végétal est planté. Dans tous les cas, cette opération devra se faire selon certaines normes. Comment procède-t-on à l’abattage d’un arbre ? C’est la question à laquelle nous allons apporter des réponses.

La détermination du sens de la chute de l’arbre

L’abattage d’un arbre se fait en suivant plusieurs étapes. La première étape consiste à déterminer l’angle de la chute. Elle doit être effectuée avec une grande minutie. En effet, elle constitue une garantie la sécurité des biens et des personnes avoisinant le chantier d’abattage. L’idéal est donc de laisser cette tâche aux soins d’un professionnel comme cet élagueur dans le 34.

Le calcul de la direction de la chute se fait en tenant compte de différents paramètres. Parmi ceux-ci, il y a le sens du vent et son intensité, les caractéristiques du terrain, ainsi que les spécificités propres à l’arbre, en l’occurrence sa taille, sa forme et sa position.

En outre, tous travaux d’abattage devront être précédés du débroussaillage  de la zone d’intervention. On procèdera également à l’élagage des branches qui se trouvent en hauteur. On sciera également les branches qui se trouvent à la base de l’arbre si elles constituent une gêne. Les déchets verts et tous autres éléments aux pieds de l’arbre seront par la suite débarrassés. Ceci étant fait pour éviter qu’un élément quelconque ne vienne faire dévier l’arbre dans sa chute.

La réalisation de l’entaille d’abattage

Après le nettoyage du terrain, une entaille d’abattage ou une entaille de direction sera réalisée. Cette entaille permet de diriger la chute de l’arbre. Avec la tronçonneuse, on viendra faire une entaille qui fera 20% du diamètre du tronc de l’arbre environ. Plus précisément, on viendra scier une portion triangulaire du côté où l’arbre est censé tomber.  

Vient ensuite la mise en œuvre du trait d’abattage. Pour cela, il suffit de scier horizontalement le tronc du côté opposé de l’entaille d’abattage. Attention, il ne faut pas scier le tronc jusqu’à atteindre cette dernière. Une charnière de 3 à 5 centimètres devra impérativement être préservée. Dans le jargon, c’est ce qu’on appelle « zone de rupture ». Par ailleurs, il importe de s’assurer que l’entaille d’abattage est bien oblique et non trop plate pour éviter l’éventuelle déviation de l’arbre dans sa chute.

Pour terminer, la charnière sera sciée de façon à faire tomber l’arbre. Il est tout à fait envisageable de l’accompagner d’un jeu de cordage dans sa chute. Procéder de la sorte permet de le faire chuter dans la zone dédiée à cet effet. En raison de la complexité de ce type d’opération, il est plus judicieux de la confier à une entreprise spécialisée en travaux d’abattage et d’élagage d’arbre.

À titre d’information, retenez que les travaux d’abattage doivent être réalisés selon des normes de sécurité spécifiques. Tout au long de leur mise en œuvre, les opérateurs doivent impérativement se munir d’un Équipement de Protection Individuelle ou EPI. Ce dernier se compose d’un casque de sécurité,  de gants et de vêtements anti-coupure, de lunettes de protection, de protections auditives ainsi que des bottes de sécurité.

Les points essentiels à retenir sur l’éclaircissage des arbres fruitiers

L’éclaircissage des arbres fruitiers est une pratique très courante dans le domaine de l’arboriculture. Il consiste à supprimer l’excès de fruits et les produits jugés trop petits. Cette opération a principalement deux finalités. D’une part, elle permet d’améliorer la qualité de la récolte. D’autre part, elle prévient l’affaiblissement précoce de l’arbre qui en fait l’objet. Dans cet article, nous allons aborder les points essentiels à retenir sur ce procédé.

Pour quelles raisons procède-t-on à l’éclaircissage des arbres fruitiers ?

Pour les non-initiés, il parait anodin de réaliser l’éclaircissage des arbres fruitiers. En effet, cette pratique est contradictoire face à la volonté de récolter un maximum de fruits au moment de la cueillette. Cependant, on a recours à cette technique dès le plus jeune âge de l’arbre.

L’éclaircissage consiste à décharger les branches de sorte à éviter qu’elles ne se cassent en raison de l’excès de fruits. Les autres pourront alors bénéficier des éléments nutritifs dont ils ont besoin. En conséquence, les fruits que produira l’arbre seront plus goûteux, plus colorés et auront une taille plus importante. Par ailleurs, il restreint les risques de maladies et les ravageurs (les parasites et les rongeurs) qui se logeraient entre les fruits serrés.

En outre, il s’agit d’un bon moyen pour lutter contre la surproduction et pour garantir, en revanche, la qualité du rendement. L’éclaircissage est aussi pratiqué pour se prémunir contre le phénomène d’alternance, c’est-à-dire l’inconstance de la récolte pour les années à venir.

Pour l’éclaircissage de vos arbres, nous vous conseillons de faire appel à un élagueur professionnel comme https://www.elagueur-paysagiste-ardennes.fr/ . Grâce à son expertise, sa compétence et les ressources dont il dispose, il ne peut que vous garantir un travail de qualité.

Quel est le moment indiqué pour pratiquer l’éclaircissage des arbres fruitiers ?

L’éclaircissage des arbres fruitiers s’effectue en deux fois. La première intervention a lieu après la chute physiologique des fruits. Ce phénomène survient pendant les mois de mai et de juin. Durant ces périodes, les fruits qui sont en surnombres tombent d’eux-mêmes. Il s’agit en l’occurrence de ceux qui n’excèdent pas 1 à 1,5 mm de diamètre. En outre, les fruits malades, trop petits, mal formés ou endommagés seront éliminés en priorité.

On attendra que les branches soient surchargées et que les fruits atteignent une taille de 20 mm et 30 mm avant la seconde intervention.

Pour les poiriers et les pommiers, l’éclaircissage est obligatoire. Pour certaines espèces comme les abricotiers et les pêchers, dont les fruits sont plus légers, cette opération reste facultative. Lorsqu’il est jugé pertinent, on procède au retrait des fruits. Par contre, si le doute s’installe, l’idéal est de solliciter les conseils d’un expert en arboriculture comme l’élagueur professionnel.

Comment éclaircit-on les arbres fruitiers ?

Principalement, on distingue trois techniques d’éclaircissage des arbres fruitiers. D’une part, il a l’éclaircissage manuel ; d’autre part, l’éclaircissage mécanique et enfin, l’éclaircissage chimique. 

L’éclaircissage manuel est la méthode la plus conventionnelle. Elle implique le retrait des fruits à la main. C’est une opération particulièrement fastidieuse en plus d’être coûteuse. Quant à l’éclaircissage mécanique, les pédoncules des fruits seront coupés au moyen d’un sécateur. Cet outil devra néanmoins être désinfecté avant son utilisation. Dans ces cas de figure, on priorisera la suppression des fruits malades ou mal-formés. Toutefois, on peut envisager le retrait de ceux en bonne santé lorsqu’ils sont en trop, serrés les uns contre les autres ou lorsqu’ils rentrent en contact. En ce qui concerne l’éclaircissage chimique, il est exclusivement réservé aux arbres dont les fruits mesurent entre 5 et 20 mm de diamètre. Comme son nom l’indique, l’éclaircissage se fait au moyen d’un agent chimique. Malgré que l’utilisation excessive de ce produit nuise à l’environnement, sachez qu’elle présente certains avantages. En effet, il empêche la prolifération des parasites, la floraison devient plus régulière et les risques d’alternance sont réduits.

Élagage, émondage et écimage d’arbre : quelles différences fait-on entre ces procédés?

Bien qu’ils paraissent robustes, un arbre a besoin d’être entretenu régulièrement pour rester en bonne santé. La taille fait partie des moyens pour ce faire. En effet, il existe différentes techniques. L’élagage, l’émondage et l’écimage d’arbre en font partie. Toutefois, il n’est pas rare que les particuliers confondent ses trois méthodes. Mais quelles différences doit-on retenir entre ces procédés ? C’est justement ce dont on va parler dans le présent article.

En quoi consiste l’élagage d’arbre ?

La plupart du temps, nous assimilons toutes les techniques de taille à l’élagage. Pourtant, il existe une différence très nette entre chaque méthode. En effet, l’élagage tend à supprimer les branches mortes, malades, faibles ou cassées de l’arbre. Elle consiste également à réduire les rameaux et les pousses de sorte à harmoniser sa structure et à lui procurer une meilleure santé.

Par ailleurs, les spécialistes en arboriculture comme cet élagueur qui exerce dans le Val de Marne y ont recours pour éliminer les branches hasardeuses. Il s’agit de celles qui représentent un danger pour la sécurité des personnes et de biens à proximité du végétal. Dans certains cas, le voisin ou la mairie exige même l’exécution des travaux d’élagage. C’est le cas lorsque les branches constituent une gêne pour les usagers de la voie publique ou lorsqu’elles surplombent la propriété voisine.

Enfin, l’élagage est entrepris afin de favoriser la végétation et la fructification pour les arbres fruitiers. Malgré cela, il préserve son aspect esthétique. Néanmoins, cette technique ne s’improvise pas. Pour qu’elle soit bénéfique pour la plante, il faut déjà bien la maitriser. En outre, si aucune raison ne justifie l’élagage, il vaut mieux s’en passer.

Qu’est-ce que l’émondage d’arbre ?

Cette technique est souvent confondue avec l’élagage. En effet, l’émondage est réalisé en complément de ce dernier. Il se matérialise par la coupe des branches latérales de l’arbre, voire sa cime. Ce procédé stimule la croissance du feuillage. Il est surtout entrepris sur les chênes, les peupliers, l’orme ou le charme.

Émonder un arbre est avantageux sur certains points. D’une part, il participe au maintien de sa santé, car les branches malades seront sectionnées afin d’éviter la propagation des maladies. D’autre part, il améliore l’esthétique de l’arbre en ce sens où l’on supprime les branches disgracieuses. Par ce procédé, on vient débarrasser le végétal des branches mortes et cassées qui sont dans une posture dangereuse et inesthétique. En procédant de la sorte, on corrige également l’asymétrie de l’arbre et on améliore son apparence.

L’émondage se pratique tout au long de l’année à titre préventif. Cependant, si une grande partie de l’arbre est supprimée, il faut attendre le printemps pour l’effectuer au risque d’affaiblir, voire de tuer la plante.

Que faut-il savoir sur l’écimage d’arbre ?

Comme son nom l’indique, l’écimage consiste à supprimer la cime de l’arbre. Il est également connu sous l’appellation « étêtage ». Cette technique est particulièrement dangereuse pour l’arbre, car elle le prive d’une de ses parties vitales. Il s’agit d’une taille de réduction qui affecte aussi bien la charpente que l’ossature de la plante qui en fait l’objet. En tant qu’opération délicate, son exécution doit être réservée à un expert en la matière comme l’élagueur.

À titre d’information, ce sont les conifères qui sont généralement soumis à l’écimage. Bien qu’il vise à modifier radicalement la structure de l’arbre, cette taille doit être pratiquée de façon raisonnée. En effet, il ne faut jamais supprimer plus d’un tiers de la hauteur et du volume de l’arbre en une seule fois. En outre, il faudra respecter une durée minimum de 5 ans entre deux étêtages.

Enfin, l’étêtage ne peut être opéré à titre d’entretien régulier. En raison de sa dangerosité, il ne doit être pratiqué qu’en cas de réelle nécessité. Il en va ainsi lorsque la hauteur de l’arbre dépasse les lignes électriques et téléphoniques aériennes.

Aperçu des différentes techniques de taille pour les arbres fruitiers

Au même titre que les arbres d’ornement, les arbres fruitiers devront être taillés régulièrement. Pour ce faire, il est possible de recourir à différentes techniques de taille. Celle à mettre en œuvre dépendra néanmoins de l’âge du végétal, de son espèce, mais surtout de la saison en cours. Justement, nous allons aborder les diverses méthodes pour tailler les arbres fruitiers.

La taille de formation.

Les jeunes arbres sont soumis à la taille d’entretien dès leur plantation. Cette technique vise à sculpter la forme qu’ils auront une fois arrivés à l’âge adulte. Elle a pour principalement but la répartition harmonieuse des branches autour du tronc d’un arbre. Celles-ci constitueront en effet la future charpente de celui-ci. En conséquence, les branches qui poussent vers l’intérieur, celles qui sont trop grosses et celles qui gênent seront sectionnées. Il en va de même des branches endommagées ou malades. En raison de son importance, il est préférable de laisser la taille de formation aux soins d’un professionnel comme cet élagueur qui se trouve dans la Sarthe.

Par ailleurs, retenez que l’hiver est la période idéale pour pratiquer cette taille. Durant cette saison, il n’y a pas de feuilles. Ainsi, on peut mieux apprécier les formes du jeune arbre. Il est aussi envisageable d’agir avant que toutes les feuilles tombent, notamment à la fin du mois d’août. Il faudra toutefois éviter le gel. Enfin, sachez que la taille de formations est en principe entrepris durant les trois premières années de plantation l’arbre.

La taille de fructification ou la taille de mise à fruits

Comme son nom le laisse entendre, cette taille est réalisée afin d’optimiser la production en fruit de l’arbre fruitier. La taille de fructification est exclusivement pratiquée sur les arbres adultes. Les fruits qu’ils produisent seront de ce fait de meilleure qualité et quantité. En outre, cette taille participe au maintien de la bonne structure de l’arbre. Les branches qui pointent vers l’intérieur, celles qui sont mortes ou endommagées seront élaguées. En effet, celles-ci peuvent entraver la fructification. Quant à la taille, elle stimule la formation des bourgeons à fleurs.

Ici encore, il est conseillé d’opérer la taille de mise à fruits pendant la saison hivernale. Les périodes de fortes gelées sont toujours à éviter. Il faudra toutefois tenir compte de l’espèce de l’arbre fruitier pour déterminer le moment propice à son élagage. Les poiriers, les pommiers, les pêchers et les abricotiers sont par exemple plus favorables à une taille de fructification pendant le mois de février.

La taille d’entretien

Seuls les arbres fruitiers adultes feront l’objet d’une taille d’entretien. Elle se matérialise par la suppression des branches pourries, abimées et celles qui s’entrecroisent. La taille d’entretien est complétée par le retrait des fruits momifiés et des gourmands mal placés. Elle participe également à la mise à fruit. Le moment idéal pour sa mise en œuvre varie selon qu’il s’agit d’un arbre à pépin ou d’un arbre à noyau. Dans le premier cas de figure, la taille est entreprise en hiver. En revanche, on choisira le mois d’août ou de septembre pour tailler les arbres à pépin. Ici encore, nous vous incitons à solliciter les services d’un élagueur professionnel. Sachez qu’une taille mal exécutée peut nuire à la santé de vos arbres fruitiers. En confiant vos travaux d’élagage à un spécialiste, vous garantissez le bien-être de vos végétaux.

La taille de rabattage

Le rabattage est pratiqué sur tous les types d’arbres fruitiers qui ont leur forme adulte. Elle consiste à réduire la longueur des branches principales. Pour ce faire, leurs extrémités  seront sectionnées. Cette opération permet une répartition équitable de la sève dans les branches latérales. Le rabattage stimule également le développement des fruits qui s’opère en général près de la branche principale.

Travaux d’élagage : les différents types de taille des arbres

Comme tout être vivant sur cette planète, les arbres nécessitent également un entretien régulier. Et ce, peu importe leur espèce, leur âge ou bien leur forme. Pour un développement optimal, ils ont besoin non seulement d’eau et de nourriture (engrais), mais aussi d’une taille adaptée et correcte. En effet, il est à noter que la santé et l’épanouissement d’un arbre dépendent en grande partie de la technique et de la fréquence de son élagage. D’ailleurs, pour chaque âge, type ou essence d’arbre, il existe une taille spécifique. Voilà pourquoi, il est toujours conseillé de faire appel à un professionnel pour décider de la technique d’élagage dont votre arbre a besoin.

Quelle différence y a-t-il entre élagage et taille ?

Avant de commencer, parlons brièvement de la nuance entre « taille » et « élagage » d’un arbre. D’abord, la taille est définie comme étant l’action de tailler ou de couper un arbre. Quant à l’élagage, il s’agit d’une opération par laquelle on élimine les branches inutiles, malades ou mortes d’un arbre. Ainsi, on peut en déduire qu’il n’y pas de différence significative entre ces deux procédés. Toutefois, il est à noter qu’on parle surtout de « taille » lorsque l’opération est effectuée d’une manière plus douce et raisonnée dans le but d’accompagner la croissance de l’arbre. Tandis que le terme d’élagage est souvent employé lors des interventions plus sévères et dans certaines situations plus pragmatiques de la vie quotidienne (sécurité des passagers, proximité des bâtiments ou des lignes électriques aériennes, obligation légale envers son voisin…).

La taille de formation

Cette pratique est réservée aux jeunes arbres en pleine croissance afin d’orienter leur développement. La taille s’effectue généralement sur l’arbre dès la première année suivant sa plantation. Ensuite, elle est réalisée une fois par an pendant cinq années successives. La taille de formation consiste à éliminer certaines branches de la jeune pousse lesquelles peuvent concurrencer le tronc et les branches charpentières. Ainsi, le but est de préserver la rectitude du tronc de l’arbre afin de lui assurer un port équilibré tout au long de sa croissance. Cette technique doit donc tenir compte de la silhouette naturelle de l’arbre, ainsi que de l’équilibre constant entre le volume de sa ramure et celui de ses racines.

La taille d’éclaircie

Cette technique de taille consiste à supprimer de l’arbre les branches superflues, encombrantes et mal orientées. Son but est d’apporter plus de lumière dans le houppier et d’alléger l’arbre. Aussi, la taille d’éclaircie permet d’éliminer les rejets et les bois morts qui ne font que gêner l’épanouissement de l’arbre. En procédant à ce type d’élagage, on apporte plus de vigueur à la plante, car, le manque d’éclaircissement de la couronne favorise l’apparition des parasites et champignons vecteurs de maladies. Voilà pourquoi, la taille d’éclaircie est à réaliser régulièrement.

La taille d’accompagnement

Il s’agit d’une taille réservée particulièrement aux arbres d’ornement âgés, ou encore en déclin. Arrivés à un stade avancé de son développement, ces arbres sont envahis de bois morts et des branches abîmées ou s’entrecroisant, formant des nœuds. Or, tout cela ne fait qu’alourdir l’arbre lequel est déjà vieux et fatigué. De ce fait, il est important de le débarrasser de toutes ces branches inutiles afin d’adapter le volume du houppier. D’ailleurs, la taille doit être douce et raisonnée, appropriée à l’âge avancé de l’arbre.

Pour la réalisation de ces différentes techniques de taille, il est fortement recommandé de faire appel à un élagueur professionnel dans les Alpes Maritimes étant donné leur complexité et l’éventuelle fragilité de l’état de santé de votre arbre (jeune pousse, arbre malade, ou arbres très âgés…).

Pourquoi élaguer les arbres fruitiers ?

L’élagage est un procédé par lequel on supprime certaines branches de l’arbre pour diverses raisons. Toutefois, la question qui intrigue encore bon nombre de gens c’est : « est-ce vraiment nécessaire ou s’agit-il simplement d’un acharnement de manique ? Et si cela est une nécessité, quelles en sont les raisons ? ». Effectivement, l’on ne peut négliger le fait que depuis des millénaires, les arbres fruitiers se sont développés sur la terre, et ce, sans avoir eu recours à ces différentes techniques d’élagage. Aussi, la nature se charge déjà de l’élagage de ces arbres qualifiés de « sauvages ». Tout cela est correct, l’élagage naturel tient une place non négligeable dans la vie d’un arbre. Cependant, vous verrez par la suite l’importance de cette opération soigneusement élaborée sur le bien-être et le développement de ces arbres fruitiers.

Assure le développement de l’arbre

En premier lieu, cette pratique permet de limiter le développement d’arbre, que ce soit, en hauteur ou bien en largeur. Contrôler la pousse en hauteur, autrement dit, contrôler la dominance apicale de l’arbre a pour avantage de favoriser l’apparition des fruits à un niveau plus bas de l’arbre, donc à portée de main. Ce qui va faciliter largement la récolte des fruits. De plus, l’arbre de taille moyenne va beaucoup mieux résister aux tempêtes ainsi qu’aux vents violents. En effet, les arbres de grande taille ont tendance à se déformer après le passage d’une intempérie.

Par ailleurs, contrôler la croissance en largeur de l’arbre est très important pour éviter ou limiter l’apparition des rameaux de bois. Ces derniers sont des branches qui se sont beaucoup trop allongées et deviennent minces, incapables de porter le moindre fruit. En d’autres termes, ce sont les rameaux improductifs et inutiles de l’arbre. De plus, étant minces et fragiles, ces rameaux peuvent facilement se casser occasionnant des blessures à l’arbre.

En outre, après observation, on peut constater qu’un arbre soigné et taillé régulièrement a une durée de vie nettement plus longue qu’un autre arbre livré à lui-même, ou encore un arbre « sauvage ».

Améliorer le rendement de l’arbre fruitier

L’élagage permet aussi d’améliorer le rendement de l’arbre. Cela concerne tout aussi bien le côté quantitatif que qualitatif de la récolte des fruits. En effectuant cette opération régulièrement et correctement, les fruits de l’arbre seront, non seulement, plus gros, mais également de meilleurs goûts. D’ailleurs, cela rappelle la technique de greffe qui se rapproche de la méthode d’élagage. Il est connu que les fruits obtenus à l’issus des greffes, c’est d’ailleurs ceux que nous consommons habituellement, sont meilleurs (plus charnus, plus juteux, plus sucrés, …) que les fruits cueillis dans la forêt.

De plus, l’élagage permet d’éclaircir le centre de l’arbre en supprimer les gourmands qui s’y s’en développés. Cet apport en luminosité dans la plante est essentiel pour une fructification optimale.

Enfin, pour l’élagage de votre arbre fruitier soit réussie, il est primordial de faire appel à cet élagueur professionnel comme celui qui se trouve sur https://www.elagueur-paysagiste-94.fr/elageur-jardinier-elagage-arbre-val-de-marne-94 . Ce dernier saura comment et surtout quand y procéder.

Les points à retenir pour réussir les travaux d’élagage

Pour les propriétaires de terrain arboré, l’élagage devient plus une nécessité qu’une obligation. En effet, il participe au maintien de la santé des arbres et à la préservation de la beauté des lieux. Toutefois, les travaux ne peuvent être réalisés à tout moment de l’année. De plus, leur exécution requiert de la compétence, un savoir-faire particulier et une bonne connaissance des plantes. C’est d’ailleurs là les raisons qui nous poussent à faire appel à des professionnels dans le domaine. Toutefois, si vous avez décidé d’élaguer vous-mêmes vos arbres, voici quelques points à retenir pour réussir cette tâche.

L’élagage doit se faire à la bonne fréquence

Avant toutes choses, demandez-vous quand vous avez élagué vos arbres pour la dernière fois. Si cela vous échappe, le mieux serait de contacter un spécialiste en arboriculture . Il pourra ainsi déterminer si vos arbres ont besoin d’être élagués ou non. En général, la fréquence à laquelle un arbre est élagué dépend de son âge. Si le végétal est âgé de moins de 10 ans, un élagage tous les ans est à prévoir. Pour ceux âgés de plus de 10 ans, il est nécessaire de les élaguer tous les deux ans. Par contre, un élagage tous les 4 ou 5 ans est préconisé pour ceux âgés de 20 ans. Enfin, si les arbres ont plus de 20 ans, les travaux devront être entrepris tous les 10 ans.

Choisissez le bon moment pour élaguer vos arbres

Comme susmentionné, l’élagage ne peut être pratiqué à n’importe quel moment de l’année. La période propice pour l’effectuer variera en fonction de l’espèce qui en fera l’objet. En effet, un élagage réalisé au mauvais moment serait dommageable à la plante. Si certaines espèces s’accommodent parfaitement à la taille hivernale, d’autres supporteront mal un élagage durant leur repos végétatif. Le moment idéal sera ainsi tributaire du lieu d’implantation du végétal. Notez qu’il est de coutume d’exécuter les travaux d’élagage en automne ou au début de la saison hivernale. En revanche, le printemps demeure la saison à éviter. Comme il s’agit de la période de montée de sève, la taille entrainerait donc une coulée considérable de résine. Dans tous les cas, il serait plus judicieux de laisser à un professionnel comme le soin de déterminer la meilleure période pour élaguer vos arbres

N’élaguez vos arbres que s’il est vraiment nécessaire

Un élagage trop fréquent peut nuire à la santé de vos végétaux. De même, il n’est pas nécessaire de les tailler juste pour le plaisir d’élaguer. Dans ces cas de figure, vos arbres risquent de perdre de leur vigueur. L’élagage peut même engendrer le dépérissement de vos plantes. De ce fait, cette opération ne devra être mise en œuvre que si elle est vraiment indispensable. Il en va ainsi lorsque la présence d’un arbre menace la sécurité d’autrui. En l’occurrence, l’élagage est imposé par les règlementations en vigueur. En outre, dans la mesure où les branches de votre arbre surplombent la propriété voisine, le voisin peut exiger qu’il soit élagué.

Privilégiez l’intervention d’un élagueur professionnel

Bien que réaliser soi-même les travaux soit économique, il est plus sage de prévoir l’intervention d’un spécialiste en matière d’élagage d’arbre comme cet artisan élagueur expérimenté qui se trouve dans le 18. En effet, cette activité est classifiée parmi les plus dangereuses de l’Hexagone. Pour éviter les accidents, la maitrise de la technique de grimpe à l’arbre ainsi que la manipulation d’outils tranchants en hauteur est impérative.  En outre, l’élagage représente également un danger pour le sujet s’il est mal réalisé. Sachez que les caractéristiques propres à l’arbre joueront beaucoup dans la détermination de la technique d’élagage à mettre en œuvre.

Par ailleurs, veillez à ce que le professionnel que vous engagez ait souscrit à une assurance, notamment une assurance en responsabilité civile professionnelle (RC PRO). Son entreprise devra également être correctement enregistrée. Celle-ci devra détenir un numéro SIRET. Ce qui vous évitera les problèmes de justice si les travaux portent préjudice à autrui.